Archives du tag : mâchefer

Le mâchefer de pellets, ça n’existe pas !

Pourquoi votre pellet encrasse-t-il votre poêle ?

Souvent j’entends dire que les mauvais pellets font du mâchefer ! Cela voudrait-il donc dire que la norme DIN+ n’est pas très contraignante, et qu’elle laisse passer des pellets à taux de concentration de matières polluantes élevées ?!

NON ! L’encrassement dans vos poêles est du à une mauvaise combustion !

Souvent lorsque l’on utilise un pellet à trop haut pouvoir calorifique (bonne qualité), ou lorsqu’il est un peu trop humide (mauvais pellet), les réglages standards de votre poele empêchent une bonne combustion. Il est donc nécessaire: soit d’augmenter votre tirage, soit de diminuer l’apport pellets du poêle (moins de pellets pour un même temps de combustion), soit éventuellement de changer de pellets.

Qu’est-ce que un mâchefer ?

Voici un petit récapitulatif des termes utilisés pour désigner les résidus issus de la combustion de nos chers pellets. La cendre sont les résidus incombustibles du bois (minéraux principalement). Il peut également y avoir des résidus combustibles qui n’ont pas brulés:

La suie: combustion bonne mais pas tout à fait complète
Créosote floconneuse: croûteuse ou granulée s´enlève assez bien
Créosote durcie ou vitrifiée: résultat d’une très mauvaise combustion
Une mauvaise combustion du bois peut être influencée par l’utilisation de très bons pellets (haut pouvoir calorifique). Dans ce cas, si votre chaudière ou poêle le permet, vous pouvez augmenter le tirage (puissance de ventilation) ou diminuer la fréquence et la quantité de pellets amenés à brûler : vous devriez retrouver une meilleure combustion.

Un taux d’humidité dans le pellet diminue aussi la qualité de la combustion (on ne peut donc pas systématiquement conclure qu’un encrassement = un bon ou un mauvais pellet).

Initialement, on appelait “mâchefer” les cendres solides de charbon que l’on épandait sur la chaussée l’hiver (et qui “mâchait” les fers de chevaux).
Désormais le sens s’est élargit aux résidus solides de la combustion :

- du charbon ou du coke dans les fours industriels
- des déchets urbains dans les usines d’incinération
- de matières contenant du silice

A notre connaissance, il n’existe pas à l’heure actuelle de définition pertinente du terme mâchefer pouvant désigner un type de résidu de la combustion de pellets.

Cendres, résidus et mâchefers

Suite à la lecture d’un article très intéressant, voici un petit récapitulatif des termes utilisés pour désigner les résidus issus de la combustion de nos chers pellets.

La cendre sont les résidus incombustibles du bois (minéraux principalement).

Il peut également y avoir des résidus combustibles qui n’ont pas brulés:

  • La suie: combustion bonne mais pas tout à fait complète
  • Créosote floconneuse: croûteuse ou granulée s´enlève assez bien
  • Créosote durcie ou vitrifiée: résultat d’une très mauvaise combustion

Une mauvaise combustion du bois peut être influencée par l’utilisation de très bons pellets (haut pouvoir calorifique).  Dans ce cas, si votre chaudière ou poêle le permet, vous pouvez augmenter le tirage (puissance de ventilation) ou diminuer la fréquence et la quantité de pellets amenés à brûler : vous devriez retrouver une meilleure combustion.

Initialement, on appelait “mâchefer” les cendres solides de charbon que l’on épandait sur la chaussée l’hiver (et qui “mâchait” les fers de chevaux).
Désormais le sens s’est élargit aux résidus solides de la combustion :

  • du charbon ou du coke dans les fours industriels
  • des déchets urbains dans les usines d’incinération
  • de matières contenant du silice

A notre connaissance, il n’existe pas à l’heure actuelle de définition pertinente du terme mâchefer pouvant désigner un type de résidu de la combustion de pellets.

Mâchefer et Cendres : la vérité

Mâchefer désigne les nombreux produits toxiques et polluants issus de l’incinération ou de la combustion: résidus carbonés, métaux lourds, dioxines, furanes, et traces de radionucléides.

Les cendres de bois est un résidu alcalin de la combustion composé principalement de de chaux (oxyde de calcium), potasse, soude, et oxydes.

Mâchefer et croute de cendres

On entend souvent les utilisateurs de pellets parler de mâchefer qu’ils se plaignent de devoir nettoyer.  Qu’en est-il réellement ?

Initialement, on appelait “mâchefer” les cendres solides de charbon que l’on épandait sur la chaussée l’hiver (et qui “mâchait” les fers de chevaux).
Désormais le sens s’est élargit aux résidus solides de la combustion :

  • du charbon ou du coke dans les fours industriels
  • des déchets urbains dans les usines d’incinération
  • de matières contenant du silice

Dans tous les cas il s’agit d’une substance solide pierreuse et donc non friable.

Généralement, les résidus de la combustion des pellets forment une croute de cendre qui n’est pas du mâchefer : il s’agit de pellets imbrulés ce qui est du à l’humidité du pellet ou à de mauvais réglages (tirage insuffisant).

Malgré tout, il arrive parfois qu’il y ait formation d’un solide à l’aspect “roche volcanique”. Il s’agit dans ce cas effectivement de mâchefer, et il est alors recommandé de changer de marque de pellets. Le mâchefer est produit par des résidus présents dans les pellets de mauvaise qualité.