Archives de la catégorie : Conseils

Le mâchefer de pellets, ça n’existe pas !

Pourquoi votre pellet encrasse-t-il votre poêle ?

Souvent j’entends dire que les mauvais pellets font du mâchefer ! Cela voudrait-il donc dire que la norme DIN+ n’est pas très contraignante, et qu’elle laisse passer des pellets à taux de concentration de matières polluantes élevées ?!

NON ! L’encrassement dans vos poêles est du à une mauvaise combustion !

Souvent lorsque l’on utilise un pellet à trop haut pouvoir calorifique (bonne qualité), ou lorsqu’il est un peu trop humide (mauvais pellet), les réglages standards de votre poele empêchent une bonne combustion. Il est donc nécessaire: soit d’augmenter votre tirage, soit de diminuer l’apport pellets du poêle (moins de pellets pour un même temps de combustion), soit éventuellement de changer de pellets.

Qu’est-ce que un mâchefer ?

Voici un petit récapitulatif des termes utilisés pour désigner les résidus issus de la combustion de nos chers pellets. La cendre sont les résidus incombustibles du bois (minéraux principalement). Il peut également y avoir des résidus combustibles qui n’ont pas brulés:

La suie: combustion bonne mais pas tout à fait complète
Créosote floconneuse: croûteuse ou granulée s´enlève assez bien
Créosote durcie ou vitrifiée: résultat d’une très mauvaise combustion
Une mauvaise combustion du bois peut être influencée par l’utilisation de très bons pellets (haut pouvoir calorifique). Dans ce cas, si votre chaudière ou poêle le permet, vous pouvez augmenter le tirage (puissance de ventilation) ou diminuer la fréquence et la quantité de pellets amenés à brûler : vous devriez retrouver une meilleure combustion.

Un taux d’humidité dans le pellet diminue aussi la qualité de la combustion (on ne peut donc pas systématiquement conclure qu’un encrassement = un bon ou un mauvais pellet).

Initialement, on appelait “mâchefer” les cendres solides de charbon que l’on épandait sur la chaussée l’hiver (et qui “mâchait” les fers de chevaux).
Désormais le sens s’est élargit aux résidus solides de la combustion :

- du charbon ou du coke dans les fours industriels
- des déchets urbains dans les usines d’incinération
- de matières contenant du silice

A notre connaissance, il n’existe pas à l’heure actuelle de définition pertinente du terme mâchefer pouvant désigner un type de résidu de la combustion de pellets.

VIDEO - Pourquoi choisir le granulés de bois ?

Une petite vidéo intéressante trouvée sur le Web. Interview d’un installateur de pellets.

Cendres, résidus et mâchefers

Suite à la lecture d’un article très intéressant, voici un petit récapitulatif des termes utilisés pour désigner les résidus issus de la combustion de nos chers pellets.

La cendre sont les résidus incombustibles du bois (minéraux principalement).

Il peut également y avoir des résidus combustibles qui n’ont pas brulés:

  • La suie: combustion bonne mais pas tout à fait complète
  • Créosote floconneuse: croûteuse ou granulée s´enlève assez bien
  • Créosote durcie ou vitrifiée: résultat d’une très mauvaise combustion

Une mauvaise combustion du bois peut être influencée par l’utilisation de très bons pellets (haut pouvoir calorifique).  Dans ce cas, si votre chaudière ou poêle le permet, vous pouvez augmenter le tirage (puissance de ventilation) ou diminuer la fréquence et la quantité de pellets amenés à brûler : vous devriez retrouver une meilleure combustion.

Initialement, on appelait “mâchefer” les cendres solides de charbon que l’on épandait sur la chaussée l’hiver (et qui “mâchait” les fers de chevaux).
Désormais le sens s’est élargit aux résidus solides de la combustion :

  • du charbon ou du coke dans les fours industriels
  • des déchets urbains dans les usines d’incinération
  • de matières contenant du silice

A notre connaissance, il n’existe pas à l’heure actuelle de définition pertinente du terme mâchefer pouvant désigner un type de résidu de la combustion de pellets.

Rappel : mâchefer et croute de cendre

Il semble que les pellets à haut pouvoir calorifique (Mandi, Badger et d’autres) posent des problèmes sur certaines installations.

En effet, si le tirage d’une cheminée est insuffisant, la combustion peut s’avérer mauvaise par manque de comburant. Au final on se retrouve avec une vitre très sale, des croutes dures de cendres (qui ne sont pas du tout du mâchefer) et un encrassement abondant.

4 solutions :
- Diminuer la quantité de pellets envoyée à la combustion si les réglages de votre poele le permette
- Passer à des pellets de moins haut pouvoir calorifique
- Ramonage (au cas où votre cheminée n’a plus été ramonée depuis longtemps)
- Modérateur de tirage (pour augmenter le tirage)

Mon pellet chauffe plus fort / moins fort …

Il faut toujours se méfier des premières impressions sur un pellet : il brûle mieux, la flamme est plus chaude, … Tout d’abord les impressions sont parfois trompeuses et influencées par des conditions d’expériences différentes.

Ensuite, la chaleur se calcule sur une durée, celle de la vie du pellet jusqu’à ce qu’il soit consumé totalement. Si vous faites un feu avec de la sapinette, il brûlera et chauffera vite, vous donnant une sensation de chaleur immédiatement. Prenez du chêne bien sec, il aura “plus dur à brûler” selon certains, mais en réalité, il brûlera pendant des heures et chauffera bien davantage votre maison.

Avec les pellets, c’est pareil, les haut pouvoirs calorifiques semblent brûler moins fort, mais au final, si votre tirage est suffisant et que la combustion est totale, le poele consommera moins de pellets pour la même chaleur.