Archives de : février 2009

Choisir entre pellets feuillus et résineux

Cet article a pour objectif de vous orienter pour le choix d’un pellet résineux ou d’un pellet feuillus. En effet, certains vendeurs affirment des idées préconçues avec une telle conviction qu’il est difficile de faire le tri

POUVOIR CALORIFIQUE

Oubliez tout de suite l’idée que le hêtre ou le charme ont un pouvoir calorifique supérieur au sapin ! C’est effectivement la vérité à volume identique.

Dans le cas des pellets, le bois est à l’état anhydre (sans eau) et le prix se compare au kg. Tous les bois à l’état anhydre ont un pouvoir calorifique d’environ 5 kWh/kg. Plus exactement, en moyenne 5,3 kWh/kg pour les résineux et 5,1 kWh/kg pour les feuillus.

En pratique, le pouvoir calorifique d’un pellets dépend plus de son taux d’humidité que du fait qu’il soit feuillus et résineux.

LENTEUR DE COMBUSTION

“Le chêne contenu dans ce pellet brûle plus lentement, donc vous consommez moins” est un leur, méfiez-vous ! Avec un pouvoir calorifique identique, la même chaleur se dégage, mais moins vite. La chaudière va donc tout juste chauffer plus longtemps.

Dans certains cas, cela peut être un atout ! En effet, si votre temps de chauffe est plus long :

  • Vous économiser par rapport aux déperditions dues à la chaleur de votre foyer (moins élevée). Ainsi une plus petite partie des calories consommées dans votre chaudière est perdue (dans la cheminée, dans la pièce de la chaudière).
  • Malheureusement, vous chauffez moins rapidemment (moins de confort)

Avec la plupart des chaudières, il sufft de diminuer la quantité de pellets dans le foyer pour allonger les temps de chauffe, cela ne nous semble donc pas justifier l’utilisation de pellets de type feuillus ou mixtes.

CENDRES et ENCRASSEMENTS

Naturellement, la résine contenue dans les bois résineux sert de liant nécessaire à la fabrication de nos bois compressés.

Pour les pellets 100% résineux ou 80% résineux, c’est la résine qui est utilisée comme liant naturel, ce qui rends ces pellets particulièrement propre : pas de cendres durs, pas d’encrassements !

Pour les pellets 100% feuillus, c’est autre chose : il faut ajouter des liants artificiels (colle) qui provoque des encrassement parfois très forts, surtout dans les chaudières (plutôt que les poêles qui consomment tout de même moins de pellets). Ce type de pellet est à éviter lorsque vous consommer beaucoup, comme avec une chaudière.

SCIURE

Les pellets mixtes (80%) présente tout de même l’avantage, dans certains cas de présenter moins de sciure, véritable ennemi de nos vis sans fin qui s’encrassent et se bloquent.

Par exemple, les pelelts mixtes fabriqués avec du Chêne, qui est un bois beaucoup plus dense et dur, sont plus propre. Cette sciure génère également de la crasse dans les creusets et c’est donc un avantage certains des pellets mixtes fabriqués avec de bonnes essences (chêne, charme, hêtre, …)

ET LE MEILLEUR EST

Difficile de choisir, car ce n’est pas parce qu’une marque de l’une est meilleure aujourd’hui que l’on ne peut pas demain, préférez une marque de l’autre.

Actuellement, les spécialistes des pellets (dans les pays nordiques) préfèrent nettement le résineux. D’une part, en général, leur pouvoir calorifique s’avère meilleur. Les pellets mixtes, bien trop souvent, encrassent beaucoup trop les chaudières et ne valent pas des pellets résineux DIN+ allemands, français ou belges.

Le mieux est encore de tester vos quelques marques préférées avec votre chaudière et de vous forger votre propre idée.

Le ballon-tampon pour le chauffage pellets

Un ballon-tampon est une réserve d’eau chaude particulièrement isolée dont le but principal est d’enmagasinner la chaleur produite par une chaudière à bois (par exemple) pour la restituer ensuite.

Ainsi, pendant que la chaudière à bois est en combustion, la totalité de la chaleur dégagée est stockée dans le ballon tampon ce qui permet de restituer cette chaleur à la demande.

Nous verrons dans cet article, quelle est l’utilité d’un tel système tampon pour le chauffage à pellets et nous verrons dans quelle mesure le ballon tampon n’est pas nécessaire.

DUREE DE CHAUFFE AU PELLETS

Contrairement aux chaudières à gaz ou à fioul, la durée pour chauffer tout un circuit de chauffage est particulièrement longue. Particulièrement au matin par exemple, lorsque tous les radiateurs sont en demande.

A moins de programmer son thermostat une heure à l’avance (parfois plus), il est bien utile de disposer d’une réserve (le ballon tampon) afin de pouvoir fournir une grande quantité d’eau chaude nécessaire pour réchauffer tout un bâtiment.

RENDEMENT LORS DES REPRISES

La plupart des chaudières à pellets, que ce soit un brûleur de type volcan ou pulsé, obtiennent un meilleur rendement après plusieurs minutes de reprise seulement. A vous d’observer si les reprises se déroulent promptement sur votre chaudière (c’est le cas par exemple des chaudières à pellets qui restent en veille, comme la Burneco).

Pour cette raison, ainsi que pour éviter des chocs thermiques trop fréquents (les grosses reprises abîment votre chaudière), il est préférable d’espacer et d’allonger les périodes de chauffe.

C’est précisément l’effet engendré par l’utilisation d’un ballon tampon.

POURTANT PAS INDISPENSABLE ?

Si vous possédez un thermostat d’ambiance que vous programmez intelligement 1h00-1h30 avant votre réveil, vous vous réveillerez à la température désirée, après avoir déclanché une période de chauffe très longue. Vous évitez donc les redémarrage trop fréquent, d’autant si vous programmez une température légèrement inférieure pour la journée et que vous remettez un coup de chaleur pour le soir.

Vérifiez que le volume de votre eau de chaudière est suffisant tout de même (60 litres, au grand minimum, 150 litres si possible) et surtout, que vos rallumages (ou passage en mode “chauffe), sont rapides (bonne puissance atteinte en 1 ou 2 minutes).

Néanmoins, d’un point de vue confort, sachez que vous aurez moins de contrôle sur la température de votre bâitment (durée de chauffe beaucoup plus longue).